Configurer phpMyAdmin pour importer des bases de données volumineuses

Configurer phpMyAdmin pour importer des bases de données volumineuses

Si lors d’une importation de base de données dans phpMyAdmin  vous avez une erreur indiquant que votre fichier est trop volumineux, sachez qu’il est possible d’augmenter ce quota. Nous allons voir comment configurer phpMyAdmin afin de pouvoir importer des fichiers plus volumineux dans ce dernier.

Cet article est réalisé avec Mamp.

Mise en situation

En vous connectant à phpMyAdmin, onglet Import, vous devriez vous retrouver sur cette page.

Vous constatez que la taille maximum pour l’importation du fichier est de 2Mo. Nous allons tester tout de même. Si j’essaie d’importer un fichier de taille supérieure à la taille autorisée dans les paramètres soit environ 2Mo, une erreur indiquant que votre fichier est trop volumineux survient.

Pour éviter cela, nous allons modifier 3 paramètres : post_max_size, upload_max_filesize et memory_limit. Ils se trouvent dans un fichier appelé php.ini.

Si vous n’êtes pas sur de vous, faîtes une petite sauvegarde du fichier, et si vous êtes sûr de vous, faîtes la quand même on n’est jamais trop prudent.

Trouver le bon fichier php.ini

Php.ini est le fichier de configuration de PHP. Il permet de définir les variables globales d’utilisation de PHP, comme par exemple la taille maximum de RAM allouée, la taille maximum d’un fichier à téléverser (upload), …

Si vous parcourez les différents répertoires contenus dans C:\\MAMP\\, vous vous apercevrez qu’il existe plusieurs fichiers php.ini. Alors, lequel choisir?

Depuis la fenêtre de lancement de MAMP, cliquez sur Open Start Page puis choisissez l’onglet phpInfo.

L’emplacement du fichier recherché est donné par la ligne : Loaded Configuration File.

Dans notre cas, ce sera C:\\MAMP\\conf\\php7.2.1\\php.ini.

Modifier le fichier php.ini

Éditons désormais le fichier php.ini afin de le modifier.

La première variable a modifier est post_max_size = 8M. Remplacer 8M par la valeur de votre choix, en général je mets 2000M, donc 2GO. Ça commence à faire de la belle base de données : post_max_size = 2000M.

La seconde variable à modifier est upload_max_filesize. Pour celle-ci j’indique upload_max_filesize = 1000M. Attention : la valeur de post_max_size doit être supérieure ou égale à la valeur de upload_max_filesize, sinon vous serez toujours limité pour le chargement des fichiers.

La dernière variable est memory_limit, qui correspond à la consommation maximum de mémoire. En général, je mets la moitié de mes ressources. Comme j’ai 4Go, cela donne 2Go, mais dans php.ini on l’indique en Mo donc memory_limit = 2000M.

Enregistrez le fichier. Quittez MAMP puis relancez-le (afin de charger le nouveau php.ini).

En relançant phpMyAdmin, vous pourrez constater que la taille maximum de notre fichier à importer est désormais de 1 000M!

Empreinte écologique d'Internet : bilan et actions possibles

Empreinte écologique d'Internet : bilan et actions possibles

La plupart des internautes considèrent Internet (et à fortiori, le Web et le Cloud) comme des univers virtuels et dématérialisés, donc inoffensifs pour la planète. Pourtant, chaque octet a un impact dans le monde réel.
Selon le chercheur Gerhard Fettweis, dans un futur proche, Internet deviendrait la première source mondiale de pollution. Le site Fournisseur-Energie a récemment publié un article très intéressant sur la question. Nous allons en reprendre les points essentiels.

Le constat

Dans un climat de transition énergétique où l’on tend vers la fin du nucléaire, il paraît essentiel de prendre en compte la consommation exponentielle du numérique, qui risque d’être dure à alimenter avec des énergies renouvelables. En matière d’émissions de CO2, internet pollue 1,5 fois plus que le transport aérien.

La moitié des gaz à effet de serre produits par internet provient de l’utilisateur, l’autre moitié étant divisée entre le réseau et les data centers.

L’empreinte écologique des internautes

L’utilisateur est responsable de 50 % des gaz à effet de serre d’internet ! Nous étions 3,9 milliards d’internautes en 2016 (47 % de la population mondiale) et d’après Google nous dépasserons les 5 milliards en 2020 (+30%).
Il est donc nécessaire de sensibiliser les internautes sur leur impact écologique et les gestes permettant de réduire leur empreinte carbone.

Les emails

Plus de 12 milliards de mails sont envoyés chaque heure dans le monde, émettant au total 50 Giga Watt Heure, soit la production électrique de 18 centrales nucléaires pendant une heure. L’envoi d’un mail avec une pièce jointe de 1 Mo dégage 19 grammes de CO2 et sa consommation électrique est équivalente à celle d’une ampoule pendant une heure.

Des mesures sont possibles pour diminuer notre impact environnemental à ce sujet:

  • Garder seulement les emails nécessaires. En effet un message conservé dans la boîte mail fait tourner des serveurs, qui vont scanner nos emails en permanence.
  • Se désabonner des newsletters inutiles.
  • Compresser les pièces jointes et envoyer les photos en basse résolution.
  • imiter le nombre de destinataires lors de l’envoi d’un email.

La navigation sur le web

Chaque heure dans le monde, plus de 140 millions de requêtes sont effectuées sur Google.

Chaque requête correspond à 7 grammes équivalent CO2 émis, soit 9,9 kg de CO2 par an et par utilisateur

Un internaute français effectue en moyenne 134 requêtes par mois, soit 4,5 recherches par jour, ou près de 1.600 par an. Sur la base de 45,8 millions d’internautes dans le monde en mai 2017, les émissions de gaz à effet de serre liées à cet usage de recherche représenteraient plus de 450.000 tonnes équivalent CO2.

Il est tout à fait possible de réduire l’impact écologique de notre utilisation web :

  • Prendre le temps de bien formuler ses requêtes et ne pas hésiter à utiliser les opérateurs de recherche si vous naviguez sur Google.
  • Enregistrer les sites que vous visitez fréquemment en favori. Cela évite l’usage de requêtes pour les retrouver.
  • Choisir un moteur de recherche responsable, qui compense les émissions carbones. C’est le cas de Lilo ou du français Ecogine, qui financent des projets sociaux et environnementaux ou encore d’Ecosia, qui plante un arbre toutes les 7 secondes.
  • Limiter l’utilisation du streaming. Regarder un film en streaming nécessite la connexion avec un serveur pendant toute la durée du visionnage. Ainsi,  regarder un film haute définition en streaming émet autant de gaz à effet de serre que la fabrication, le transport et la lecture d’un DVD.
  • Garder sur le cloud seulement les fichiers importants. Le stockage de données sur Internet est en forte croissance, prenant peu à peu la forme d’un nuage de pollution. L’apparence infinie du cloud entraîne le dépôt de fichiers souvent lourds, qui nécessitent l’utilisation 24h/24 de serveurs pour les stocker.

L’impact environnemental des data centers

Avec le développement du big data, les centres de données sont un véritable symbole de la croissance du numérique. Leur impact écologique, qui était encore minime il y a 15 ans, représente désormais 4% de la consommation électrique mondiale. Un data center consomme autant d’électricité que 30 000 habitants européens. Ainsi, les 182 centres de données présents sur le territoire français en 2016 concentrent 8% de la consommation électrique nationale.

Des mesures sont actuellement prises pour réduire l’impact environnemental des data centers :

  • les alimenter à 100 % par des énergies renouvelables, comme commencent à le faire Facebook, Google et Apple.
  • les localiser dans les pays nordiques, afin de profiter de l’air frais pour refroidir les ordinateurs et ainsi minimiser l’utilisation de la climatisation, qui représente 40% de leur consommation énergétique.
  • réutiliser la chaleur émise en redirigeant les flux d’air ou les circuits d’eau. En Seine-et-Marne par exemple, un centre nautique et une pépinière d’entreprises du Val d’Europe l’expérimentent avec le data center voisin.

Comment sauvegarder sa messagerie Gmail

Comment sauvegarder sa messagerie Gmail

Aucun système n’est parfait en ce qui concerne le stockage de nos données. Personne n’est à l’abri d’un souci technique (boîte clôturée par erreur, panne de serveur,…) et encore moins d’un piratage. La façon la plus sûre de se protéger reste donc la sauvegarde de nos données personnelles.

Dans cet article, nous verrons comment sauvegarder tous nos mails lorsque l’on utilise le fournisseur Gmail. Il existe des logiciels pouvant effectuer cette tâche de sauvegarde mais nous nous intéresserons ici à la solution la plus simple (selon moi) qui ne nécessite aucun logiciel et demande simplement à Gmail de faire lui-même cette tâche. Comme tout est sauvegardé (y compris corbeille, brouillons et spams), il est utile de faire un petit nettoyage au préalable.

Réalisation de la sauvegarde

Connectez-vous d’abord à votre boîte Gmail. Cliquez ensuite en haut à droite sur Compte Google.

Cliquez sur Définir votre contenu en bas de la colonne centrale.

Choisissez ensuite Créer une archive.

Comme vous pourrez le constater, vous pouvez sauvegarder de nombreux types d’informations : Agenda, Drive, Google Keep, Google Photos, Hangouts, Maps, Chrome,… et E-mail! Le mieux est de cliquer sur Ne rien sélectionner, puis activer uniquement la partie E-mail.

En bas de la liste, cliquez sur Suivant. Vous devez ensuite personnaliser le format de l’archive en choisissant le type, sa taille et le mode d’envoi.

  • Le format ZIP est un format très courant et plutôt bien géré par les différents systèmes d’exploitation (Windows, Mac, Android,…). Il est conseillé de l’utilisé si vous ne connaissez pas les autres formats proposés.
  • La taille de l’archive est importante. Choisissez une taille maximale de 2 Go. Si le volume de vos mails dépasse les 2 Go, Google vous confectionnera plusieurs archives. Rassurez-vous, rien ne sera perdu. Rappelez-vous juste que plus l’archive sera grande, plus elle sera longue à télécharger et difficile à stocker!
  • Le mode d’envoi est quant à lui est assez explicite. Vous avez le choix entre un envoi du lien de téléchargement par é-mail ou un stockage directement sur Google Drive, One Drive ou encore Dropbox. C’est à vous de voir…

Il ne vous reste plus qu’à cliquer sur Créer une archive. Cette opération dépend de la taille de l’archive et peut donc prendre un certain temps.

Un mail vous est envoyé lorsque l’archive est prête. Dans mon cas, j’ai reçu le mail au bout d’un petit quart d’heure (taille de l’archive : 500Mo). Le mail contient un lien à partir duquel vous pourrez télécharger l’archive.

Lors de la décompression, vous obtenez un dossier nommé Takeout à l’intérieur duquel vous trouverez le sous-dossier Messagerie. Ce sous-dossier contient un fichier au format .mbox (format conçus pour la sauvegarde d’emails).

Consultation de la sauvegarde

Si vous avez besoin de consulter cette archive, ou juste si vous préférez vérifier qu’elle contient bien ce que vous avez demandé, il va falloir apprendre à se servir de ce fichier .mbox.

En principe, votre système d’exploitation devrait avoir classé votre archive .mbox dans les « extensions inconnues ». Il va donc falloir utiliser un logiciel qui connaît ce format et sait l’interpréter. Plusieurs logiciels de messagerie (mais pas Outlook à cette date) en sont capables mais j’ai une préférence pour Thunderbird (facile à prendre en main, stable, en français et gratuit).

Après installation de Thunderbird (si ce n’était pas déjà fait 😉 ), il n’est pas utile de le configurer si vous ne souhaitez pas l’utiliser comme logiciel de messagerie. Il peut être simplement utilisé comme lecteur pour votre archive. Il faut ensuite télécharger l’application destinée à intégrer une archive .mbox dans Thunderbird. Cliquez ICI pour la télécharger.

Lancez-ensuite Thunderbird. Allez dans le menu Outils et choisissez Modules complémentaires. Cliquez sur Extensions. Après avoir cliqué sur la roue crantée , choisir Installer un module depuis un fichier.

Allez chercher le fichier téléchargé que vous aurez préalablement décompressé (importexporttools-3.2.4.1-sm+tb.xpi) et lancez l’installation. Thunderbird va ensuite redémarrer. Pour importer votre fichier .mbox, il ne vous reste plus qu’à aller dans Outils > Importer / Exporter au format .mbox .eml > Importer un fichier .mbox.

Vous voici enfin arrivé(e) à la fin du processus d’importation. Les mails sauvegardés depuis Gmail sont désomralsi intégrés dans Thunderbird. Bien entendu, le compte Gmail n’étant pas configuré sur Thunderbird, vous ne pourrez répondre à ces mails. Maintenant, libre à vous de le faire… 🙂

Comment ajouter l'adresse dans la barre de menu supérieur de Divi

Comment ajouter l'adresse dans la barre de menu supérieur de Divi

Si vous utilisez le thème Divi, vous avez remarqué que les options ne permettent que d’ajouter son adresse e-mail et son numéro de téléphone dans la barre supérieure située au dessus du menu principal.

Rappelons que dans Divi, l’activation de la barre de menu supérieure passe par la création d’un menu secondaire.
Cependant, il est parfois utile de renseigner également son adresse.
Pour remédier à cela, dans l’interface d’administration, allez dans Divi > Options du thème > Intégration > Ajoute du code dans la balise <body>.

Pour ajouter l’adresse AVANT le téléphone + mail

Pour ajouter l’adresse au début de la barre supérieure, entrez dans le champ le code suivant :

<script>

jQuery(function($){

  if (!$('#et-info').length) { $('#top-header .container').prepend(''); }

$('#et-info').prepend(

  '<span style="margin:0 10px" id="top-address"> 69 Grande Rue, 78550 Houdan</span>'

);

});

</script>

Pensez à remplacer l’adresse par la vôtre.
Si vous souhaitez en même temps créer un lien vers la page associée Google Maps associée, écrivez plutôt :

<script>

jQuery(function($){

  if (!$('#et-info').length) { $('#top-header .container').prepend(''); }

$('#et-info').prepend(

'<span style="margin:0 10px" id="top-address">

<a href="https://www.google.fr/maps/..." target="_blank"> 69 Grande Rue, 78550 Houdan</a>

</span>'

);

});

</script>

Pour faire apparaître l’icône  de localisation, il faut préciser dans l’éditeur de CSS les instructions suivantes :

#top-address:before{

  font-family: "ETmodules" !important;

  content: "\e081";

}

La liste des icônes installées par défaut ainsi que des codes associés est disponible sur cette page. Il est aussi possible d’utiliser la bibliothèque d’icônes Font Awesome mais cette dernière nécessite l’installation d’un plugin.
La fonction prepend() ajoute du contenu (ici l’adresse) au début de l’élément sélectionné (la barre supérieure dans notre cas).
Le résultat est le suivant :

Pour ajouter l’adresse APRÈS le téléphone + mail

Si vous souhaitez afficher votre adresse APRÈS l’e-mail et le téléphone, copiez-collez plutôt ce code au même endroit. Il suffit simplement de remplacer la fonction prepend() par la fonction append() :

<script>
jQuery(function($){
  if (!$('#et-info').length) { $('#top-header .container').append(''); }
$('#et-info').append(
'<span style="margin:0 10px" id="top-address">
<a href="https://www.google.fr/maps/..." target="_blank"> 69 Grande Rue, 78550 Houdan</a>
</span>'
);
});
</script>

La fonction append() ajoute du contenu à la fin de l’élément sélectionné.
Attention toutefois si vous décidez d’afficher les icônes des réseaux sociaux. L’adresse sera insérée après…

Merci au site de la Marmite pour l’aide à ce sujet…

Comment ajouter des polices personnalisées au thème Divi

Comment ajouter des polices personnalisées au thème Divi

Depuis la version 3.0.83 de Divi ( en date du 18 octobre 2017 ), il est désormais plus simple d’ajouter de nouvelles polices au thème. Auparavant, pour utiliser une police de caractère autre que celles présentes dans la liste proposée par Divi, il fallait soit insérer du code, soit passer par un plugin. Désormais, Divi intègre une fonctionnalité permettant d’ajouter très facilement des polices personnalisées.

Préparez vos fichiers de polices

Il faut uploader votre police personnalisée dans les formats .eot, .woff, .woff2, .ttf et .otf afin de maximiser la compatibilité avec les différents navigateurs.

Pour convertir votre fichier (souvent .otf ou .ttf) dans les autres formats, vous pouvez utiliser le convertisseur de polices en ligne Everything Fonts.

Sélectionnez le @font-face generator. Sélectionnez votre fichier en cliquant sur Pick Font File. Précisez ensuite que vous avez le droit d’inclure votre police sur des sites en switchant le bouton sur ON. Cliquez sur Convert et téléchargez le fichier .zip généré.

Dézippez ensuite l’archive obtenue. Vous obtiendrez ainsi tous les formats nécessaires à l’installation de votre police sur Divi (vous pouvez supprimer le fichier .svg qui n’est pas utile à Divi à la date de cet article).

Ajoutez vos polices personnalisées à Divi

Choix des polices avec WordPress DiviOuvrez tout  d’abord un module texte sur l’une de vos pages. Allez dans Style > En-tête texte ou Texte et cliquez sur le menu déroulant qui gère le choix de la police. Choisissez Mettre en ligne.

Dans la boîte de dialogue qui s’affiche, nommez votre police personnalisée. Sélectionnez ensuite les fichiers que vous avez précédemment obtenus (.ttf, .otf, .eot, .woff, .woff2).

Vous pouvez cocher  afin de bénéficier de toutes les graisses disponibles. Mettez en ligne.

Utilisez une police personnalisée dans Divi

Votre police fait désormais partie de la liste des polices disponibles. Vous pouvez l’utiliser comme n’importe quelle autre.

Merci au site Divi-Community pour l’aide à ce sujet…